Strange low gust au Prado

8 04 2009

Un an après leur concert au Hangar 23 (à Rouen), Strange low gust nous a gratifié d’un concert intimiste, comprenez avec beaucoup moins de monde qu’au Hangar 23, au café-concert Le Prado, place de la Haute-Vieille-Tour à Rouen.

Si le clinquant de la salle du Hangar 23 n’était pas au rendez-vous, il y avait la dose de morceaux ! Ceci dit, j’ai l’air de cracher sur Le Prado. Et bien pas du tout ! Il a été repris il y a quelque temps et les concerts ont lieu dans une salle sous l’établissement. Cette dernière est, de plus, décorée d’un magnifique tag et agrémentée de jeux de lumière.

Plein de morceaux, disais-je, répartis dans 2 sets et sans aucune redite, s’il-vous-plaît ! La preuve :

1er set :

  • The truth  (Limp Biskit),
  • Under pressure,
  • Shadows behind you,
  • So I quit (Filter),
  • No enemy,
  • Can’t sleep,
  • Killing in the name (RATM),
  • Evil side,
  • Obey,
  • Empower (Downset),
  • Lie.

2e set :

  • Alone,
  • Strange low gust,
  • Sick (Unsane),
  • Softcore
  • Welcome,
  • Wake up (RATM),
  • Burn,
  • Not promised tomorrow (Stuck Mojo),
  • Erasing memory.

Pour ce qui est des morceaux déjà connus, on a Under pressure, Shadows behind you, Can’t sleep, Evil side, Lie, Alone, Strange low gust, Welcome et Erasing memory. Ils avaient tous été joués en leur temps au Hangar 23.

Du côté des nouveautés, on a No enemy, Obey, Softcore et Burn.  J’ai immédiatement accroché sur Softcore (une compo de Luis). J’avais déjà eu une preview de Burn (dernière compo en date) à partir de l’enregistrement d’une répétition mais la version concert a été beaucoup plus convaincante. J’aime assez No enemy mais je n’ai pas accroché sur Obey. Ceci dit, je n’exclus pas de corriger mon avis après un peu d’écoute.

Bon, c’est pas un mystère si les deux premières vidéos montées concernent ces 2 morceaux…

C’est-y pas du bon, ça, ma brave dame ? hein ?

Côté technique, je disposais cette fois de 3 caméras lors du concert : 2 fixes plus une mobile. C’est côté son que je me suis un peu plus amusé : le micro de la caméra mobile était trop sensible et saturait à longueur de concert, les micros des caméras fixes supportaient bien la proximité des enceintes mais captaient principalement les basses. Ce qui a sauvé l’affaire, c’est de disposer d’une prise de son aérienne qui, elle, ne captait que le medium aigü. En mixant le son des caméras fixes et de la prise aérienne (6 pistes en tout), ça donne ce que vous avez pu entre si vous avez impatiemment sauté sur les vidéos.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :